Contribution participative aux Assises du Numérique en Wallonie

Informer sur le logiciel libre et open-source

Les logiciels libres et open source sont l’incarnation de l’innovation ouverte et collaborative dans le secteur informatique.

Un logiciel libre peut notamment être exécuté librement par toutes les catégories d’utilisateurs et pour tous les usages, même s’ils sont commerciaux. De ce fait, il encourage le partage et l’égalité entre individus ou organismes, ce qui permet de lutter efficacement contre la fracture numérique et le piratage en proposant à tous, peu importe leur origine sociale, des outils informatiques de référence et performants. Il permet également de garder le contrôle de notre existence numérique de manière pérenne et indépendante d’un fournisseur donné.

Aujourd’hui, des logiciels libres existent pour toutes les catégories d’application : la bureautique (LibreOffice), la navigation sur Internet (Firefox), le multimédia (VLC), la retouche d’images (GIMP), l’illustration vectorielle (Inkscape), le courrier électronique (Thunderbird), la mise en page (Scribus), les systèmes d’exploitation (Linux, Android), les ERP (Odoo, Tryton), les sites Internet (WordPress, Joomla)…

Le mouvement du logiciel libre n’est en rien opposé au secteur du logiciel propriétaire, puisqu’il propose de promouvoir l’égalité des chances et la liberté des ses utilisateurs. Pour le mouvement du logiciel libre et open-source, tout citoyen doit être libre de pouvoir choisir entre un outil libre à la disposition du plus grand nombre, et un outil propriétaire dont il peut acquérir une licence d’utilisation pour son usage personnel. Il y a un réel potentiel pour créer une industrie de services commerciaux à forte valeur ajoutée et non délocalisables basés sur des logiciels libres (installation, maintenance, formation, intégration, etc.).

Contrairement à la France ou à l’Allemagne, le citoyen wallon n’est actuellement pas informé de l’existence de tels outils libres. Or, ceux-ci peuvent potentiellement rendre de grands services. Il serait dès lors utile de proposer des outils d’information qui présenteraient les équivalences entre logiciels libres et propriétaires. L’objectif n’est pas de forcer le passage au libre, mais de donner à tous les informations nécessaires pour poser un choix éclairé. Ces outils d’information pourraient prendre la forme d’une campagne d’information sur Internet, sur les réseaux sociaux, dans les médias et sous forme de prospectus imprimés. Il serait également pertinent de réaliser un recensement et une promotion des nombreuses initiatives citoyennes existantes autour du logiciel libre en Wallonie.