Contribution participative aux Assises du Numérique en Wallonie

Soutenir des communautés de partage de ressources et d’échange de bonnes pratiques

Utiliser des ressources numériques pour enrichir ses pratiques pédagogiques est un travail de longue haleine dont l’efficacité est renforcée lorsqu’il est abordé avec des collègues confrontés aux mêmes besoins.

Il convient donc d’encourager activement la création de communautés de partage de ressources (outils et ressources pédagogiques numériques) et d’échange de bonnes pratiques (retours d’expériences) en apportant le support technique nécessaire à ces initiatives (plateforme numérique notamment), ainsi qu’une modération ou un suivi destiné à assurer la qualité des productions.

Au départ d’un support central, il convient de favoriser la création de sous-communautés (par niveau ou par discipline notamment) permettant de développer des interactions plus ciblées et plus facilement transférables. Ces échanges doivent encourager les enseignants à renouveler leur pratique pédagogique.

#123

5 réponses to “Soutenir des communautés de partage de ressources et d’échange de bonnes pratiques

  • Plus que nécessaire. Une richesse à l’état pur si cela pouvait se concrétiser. Cependant, sans doute faudra-t-il sensibiliser les enseignants dont nombreux ont beaucoup de difficultés pour l’esprit du partage

  • Cette initiative existe et mérite en effet d’être soutenue : Enseignons.be existe depuis 11 ans et vise à rassembler les enseignants autour d’un portail commun visant à favoriser le partage de ressources pédagogiques. Plus de 12000 documents ont été partagés, une communauté d’enseignants sur facebook de près de 40 000 membres. Les enseignants partagent déjà énormément sur le site, dans les forums ou dans les groupes (par matière, etc.).
    Ne ré-inventons pas la roue et soutenons les opportunités citoyennes qui existent déjà (avec succès) !

  • En effet, soutenir ce qui existe déjà et le rendre encore plus visible. Le faire rentrer progressivement dans les habitudes des enseignants (dès la formation initiale).

    Une vision caricaturale mais qui fait réfléchir: aucun employeur n’autorise son employé à garder pour sa seule pratique personnelle les documents qu’il produit dans le cadre de son travail. L’enseignant lui le fait presque quotidiennement tout au long de sa carrière !

    Maintenant que des solutions technologiques existent, mettons-les en avant et incitons les enseignants à partager leurs belles initiatives d’une richesse inouïe.

  • André Delacharlerie

    Mme Poncin, je soutiens évidemment l’échange de bonnes pratiques et de ressources mais la vision caricaturale que vous décrivez est incomplète: aucun employeur d’un travailleur intellectuel ne demande à son employé de fournir lui-même son ordinateur et le bureau pour y réaliser la moitié de son travail. Ceci explique peut-être un peu cela!
    Pour le reste, observez bien les échanges et vous verrez qu’ils sont généralement à sens unique: certains créent et (parfois) partagent, d’autres consomment bien souvent sans créer et partager en retour. C’est aussi une autre facette du problème qui doit être abordé et qui motive la proposition Valoriser les efforts des enseignants qui créent et partagent des contenus numériques.

  • Mobi'TIC - Province de Liège

    Nous croyons fermement en cette philosophie, qui a été à la base de notre action. Mobi’TIC vise à réunir tous les acteurs concernés par l’inclusion numérique des seniors afin de permettre un échange de bonnes pratiques et d’offrir une meilleure visibilité à la large offre de formation existante. Nous nous inscrivons totalement dans cette recommandation que nous considérons dans son sens le plus large (et sans le limiter aux enseignants).