Contribution participative aux Assises du Numérique en Wallonie

Le « crowdfunding » des aides publiques

 Cette proposition se base sur les principes suivants:

  • créer une plate-forme de demande de subsides en ligne, facile à utiliser en s’inspirant des plates-formes de crowdfunding qui réduirait les tâches administratives (suppression des formulaires papiers);
  • impliquer davantage la communauté numérique dans le choix de projets valables (le personnel des services publics n’étant pas toujours apte à le faire);
  • favoriser l’octroi d’aides publiques moins importantes (10.000 à 15.000 euros) plutôt que des montants élevés.

Les projets étant évalués par la communauté (on peut par exemple imaginer que pour déposer un projet il faut s’engager à en examiner 4 autres), la dépense d’argent public sans résultat probant sera  sanctionné par une mauvaise cote qui entraînera une perte de crédibilité.

D’une part, une phase d’évaluation serait mise en place en amont, qui donnerait une cote au projet auquel un budget serait octroyé s’il est classé parmi les meilleurs.  D’autre part, une phase en aval évaluerait les résultats du projet (objectifs atteints, etc).

De nombreux projets de start-ups sont bloqués à l’entrée (manque de financement), la réduction des aides accordées permettrait ce lancement et donnerait la possibilité de refaire une demande de financement plus importante si le projet a été remarqué par la communauté numérique.

Le financement collaboratif a fait ses preuves (Kickstarter) tout comme l’évaluation collaborative (Coursera).

Alors surfons maintenant sur ces nouveaux concepts pour que la vague numérique wallonne déferle sur le monde.