Contribution participative aux Assises du Numérique en Wallonie

Développement d’une activité de courtage de données ouvertes dans les services publics

Proposer des données accessibles à tous, gratuitement et sans contrainte ne garantit pas une réutilisation effective de ces données. C’est le constat que fait actuellement la France après plusieurs années d’une politique d’ouverture des données très active.

En effet, les données publiques ne sont pas universelles, mais conçues et produites pour un usage spécifique permettant à chaque pouvoir public de mener à bien ses missions. Elles ne conviennent donc pas d’emblée pour un usage différent de l’usage initial, ce qui handicape fortement leur réutilisation.

Comment alors garantir une réutilisation effective de ces données ? Cette question a récemment été mise en débat lors des dernières rencontres Décryptagéo [1]. Lors de ce débat, la nécessité de développer une approche de courtage des données ouvertes a été avancée. Le rôle d’un courtier de données (data broker) est de se placer en intermédiaire entre les producteurs et les utilisateurs pour consolider les données ouvertes et améliorer leur adéquation à la réutilisation.

Par rapport à un portail de diffusion qui catalogue les données existantes et les met à disposition dans des formats standards, les opérations de courtage visent à modifier plus intrinsèquement les données, par exemple:

  • en consolidant en un seul jeu de données des données provenant de portions du territoire différentes;
  • en transformant les différents modèles de production de données vers un modèle de diffusion unique;
  • en enrichissant la donnée avec des informations qui permettent l’articulation avec d’autres données;
  • en enrichissant la donnée avec des informations nécessaires aux réutilisateurs.

Afin de rendre les données ouvertes réellement réutilisables, il est indispensable que les pouvoirs publics développent des activités de courtage en parallèle de la diffusion des données. Sans le développement de cette activité de consolidation des données, la réutilisation effective des données n’aura pas lieu et le bénéfice économique réel de l’ouverture des données restera très marginal.

 

[1] Rencontres Décryptagéo 2015, Paris, 8 et 9 juin 2015 – Exposé de M. Courmont – http://lesrencontres.decryptageo.fr/open-data-et-developpement-economique-comment-assure-la-solidite-des-donnees-ouvertes/