Contribution participative aux Assises du Numérique en Wallonie

Économie par le numérique et archives

Les archives, publiques et privées, sont utilisées par une grande variété de gestionnaires d’informations : moteurs de recherches sur le web (Google, etc.), services de communication, journalistes, juges, avocats, notaires, personnel administratif, citoyens à la recherche de leurs droits, chercheurs, étudiants, amateurs d’histoire locale, généalogistes, etc.

Les évolutions technologiques récentes imposent la prise en compte de la gestion des archives numériques qui s’accumulent et exigeront tôt ou tard la migration de leurs données. Un plan d’action, appuyé sur une réflexion pointue doit être réalisé de toute urgence pour éviter des catastrophes d’ici dix ans. Ainsi il est plus que jamais impératif aujourd’hui de concevoir et de mettre en œuvre un système d’archivage électronique accessible tant aux centres et services d’archives qu’aux divers producteurs d’archives publiques et privées. Le défi majeur de ce plan d’action porte sur la collecte, la gestion, la sauvegarde, la conservation et la valorisation de l’information numérique (dans une perspective intégrée à la gestion de l’information papier) à la fois dans un souci de bonne gouvernance, mais aussi de préservation de ce nouveau patrimoine numérique.

Ce plan d’action doit intégrer plusieurs objectifs, dont celui d’impulser des pratiques de records management dans les entreprises et institutions, dans une logique de bonne gouvernance.

Il faut encourager la mise sur pied de projets de gestion intégrée des archives papier/électronique des entreprises, des organismes d’intérêt public (OIP), des hôpitaux, etc. qui sont confrontés à des enjeux de protection des données qu’ils conservent, etc.